Article mis en avant

Une dame doit être un chef en cuisine, une servante dans le salon et une putain dans la chambre.

Il y a un élément très déterminant dans la longévité d’une union entre deux personnes pour une relation amoureuse : C’est les attentes !

Bien que je ne recommande à personne d’en avoir dans son ménage, il me semble qu’on en a toujours par rapport à son conjoint. Des exemples simples, c’est que la plupart du temps, on s’attend à ce que la femme tienne la maison, fasse la vaisselle, le ménage, la cuisine, accouche ! (Oui, rien que ça). De l’autre côté, on attend de l’homme qu’il soit un homme, une brute épaisse, un bricoleur, un romantique mais pas trop, un incapable, l’argentier du couple. Continuer de lire « Une dame doit être un chef en cuisine, une servante dans le salon et une putain dans la chambre. »

Publicités

L’art de la guerre selon Elle

military-1645588_1920
Source : pixabay.com

Comme je vous l’ai dit ici, Dieu merci, les backstages ne sont pas connus de vous. L’intimité d’un couple réserve parfois bien des surprises. Direction la page 550 du guide de la vie de couple, Section Embrouilles – Alinéa Disputes.

Il est de notoriété publique que l’on ne découvre vraiment quelqu’un que quand on vit avec lui. Parfois même, pas besoin de vivre ensemble. Passés les invitations à dîner ou au ciné ou « je joue la carte de bien sous toutes coutures », il arrive un moment où les masques tombent sans grand effort. Survient alors, les premières crises de nerfs, avec son lot de guerres d’usure avec pour artillerie toutes les armes conventionnelles ou pas qu’Elle utilisera pour vous faire plier.

Minute confession room :Je n’échappe pas à la règle. Oui j’avoue, moi aussi ça m’arrive de temps en temps pour ne pas dire RAREMENT de pousser de la voix.

Vu que je ne saurais parler de ma chappelle de peur mes propos ne me condamnent, je me suis permise de faire la liste des situations cocasses auxquels Ils ont du faire avec Elles : attention chaud devant.  Continuer de lire « L’art de la guerre selon Elle »

Bref, ELLE était plus que ma sexfriend …

3a5e51e9e33e03320580b3709d8040db.jpg

Il était 16h30 que déjà mon ordinateur et ses accolites sont retrouvés dans le creux solitaire de mon sac. Je participe à une réunion improvisée et totalement inutile que j’ai créée moi-même pour ne pas éveiller les soupçons du fait de mon inactivité. Il est bien clair qu’a un moment donné de cette journée revêtant une armure aux allures ordinaires, quelque chose de pas très clair a dû se passer. Ce feeling vicieux capable de vous faire parcourir des heures parfois des jours sans la portée de l’essentiel des événements auxquels vous êtes involontairement confrontés. Continuer de lire « Bref, ELLE était plus que ma sexfriend … »

Mon homme comme je l’aime !

Crédit photo: sunuker.com
Crédit photo: internet

Mes premiers billets sur Self-Ish étaient très clairs sur la ligne éditoriale de cette publication sur Médium : je ne parlerai pas de mes amours, de ma famille ou de mes amis. Je ne parlerai que de moi car je suis seule à avoir pris la décision de me dévoiler. Mon entourage n’a pas à subir les retombées de mes actions.

Mais aujourd’hui… j’ai envie de faire une entorse au règlement. J’ai envie de parler de relations amoureuses, plus précisément de mon type d’homme. Alors allons y !

Continuer de lire « Mon homme comme je l’aime ! »

Le Beat est mort. Vive le Beat!

Depuis la célèbre décculottée du PSG (Faut être chiffe molle pour se faire enculer mettre une branlée pareille), tout le monde se prend a rêver de Remontada. Même Monaco s’y est essayé sur Man City, chose curieuse, ils ont réussi, même si pour eux, çà s’apparentait plus a une « sursaut-tada ». Elle, sur même lignée, s’est prise a rêver de hat-trick trique, et se prend maintenant pour super woman avec des exigences « litiques »* d’un autre ordre. Osant me comparer à ses précédents buteurs qui parfois tiraient sur les poteaux, et même ratait le but grand ouvert. Ce qui soit dit en passant m’arrive aussi, et plus souvent qu’Elle le pense. Continuer de lire « Le Beat est mort. Vive le Beat! »